La Coccinelle des livres

Deuil

 

 

 

Introduction

La perte d’un être cher, un parent, un ami, un enfant, voici une petite liste de livres qui traitent de ce thème afin de vous apporter un peu de réconfort. Des livres qui m’ont touchée en plein coeur. Je parle également de tout ce qui attrait au deuil, que ce soit une séparation (sentimentale) ou un décès. Vous aurez aussi la possibilité de déposer un mot à la fin de cette page en souvenir d’une personne proche et aimée, disparue trop tôt. Que cette liste de livres soit source d’apaisement vous qui traversez une épreuve douloureuse.

Je souhaite aux gens de mourir en aimant.
D’aimer mille fois et toujours plus.
De tout oublier sauf qu’ils ont aimé comme on les aimait.

 Samuel Benchetrit

La nuit avec ma femme

 

Ce qui fait du mal, dans une rupture, ce n’est pas l’absence d’une présence, mais la présence d’une absence.

Yann Moix

Rompre

La nuit avec ma femme

Samuel Benchetrit

Editions Plon; 25/08/2016; 200 pages

4è de couverture

Un homme ouvre son cœur à sa femme disparue sous les coups d’un autre, venue le visiter le temps d’une nuit. Un voyage intérieur poétique, âpre et intime.
 » J’ai passé plus de temps que toi sur cette Terre. Et notre différence, c’est que moi, je t’ai perdue. C’est parce que j’ai continué à vivre que je le sais. J’ai voulu être seul souvent pour être avec toi. Il faut bien donner son temps aux amours invisibles. S’en occuper un peu. Encore maintenant je me demande comment tu vas. Ce que tu fais. Je cherche de tes nouvelles. J’invoque la colère pour que tu la calmes. Quelques rires où tu me rejoindrais. Et le soleil a changé, puisqu’il manque une ombre. Mais je suis heureux. Et c’est à ton absence que je dois de le savoir. « 

La-nuit-avec-ma-femme

La nuit avec ma femme

13/03/2019

Mon avis

C’est avec beaucoup d’émotions que je m’apprête à rédiger ce billet…

Samuel Benchetrit et Marie Trintignant ont été en couple plusieurs années. de cette union est né un petit garçon, Jules. Marie quittera Samuel pour les bras de Bertrand Cantat. Ce dernier ayant toujours eu du mal à contenir sa jalousie et sa violence, il acceptera difficilement le passé de Marie avec Samuel. le 1er août 2003, Marie Trintignant décède des suites de ses blessures sous les coups de Bertrand Cantat. Elle laisse orphelin le petit Jules alors âgé de cinq ans.

J’ai réussi à rester en vie

Joyce Carol Oates

Editions Points, 18 octobre 2012, 552 pages

4è de couverture

Le matin du 11 février 2008, Raymond Smith, le mari de Joyce Carol Oates, s’est réveillé avec un mauvais rhume. Il respire mal et son épouse décide de l’emmener aux urgences où l’on diagnostique une pneumonie sans gravité. Pour plus de sûreté, on le garde en observation. Une semaine plus tard, au moment même où il devait rentrer chez lui, Raymond meurt d’une violente et soudaine infection nosocomiale. Sans avertissement ni préparation d’aucune sorte, Joyce est soudain confrontée à la terrible réalité du veuvage. Au vide. À l’absence sans merci. J’ai réussi à rester en vie est la chronique du combat d’une femme pour tenter de remonter de ce puits sans fond.

J-ai-reui-a-rester-en-vie

J’ai réussi à rester en vie

05/11/2020


Mon avis

Il n’est pas plus tragique de survivre à la perte d’un être cher dans sa matière la plus inattendue. JCO nous confie dans ce récit, le départ soudain de son mari Ray après une pneumonie compliquée.

Coccinelle

Florence Belkacem

Editions Le Cherche Midi; 12/03/2020; 144 pages

4è de couverture

Dehors, il fait 5 °C, le temps est gris et venteux. Dans un instant, le prêtre va célébrer la messe d’enterrement de maman. Une coccinelle se pose sur ma main. D’où vient-elle, en ce mois de janvier ?
Quelques semaines plus tard, une deuxième coccinelle surgira, et d’autres encore… J’aimerais imaginer que c’est maman qui se manifeste, et, pourtant, le doute m’assaille. La prudence voudrait que je n’y croie pas, mais, au fil du temps, de nouveaux signes – un papillon, une biche, une bague… – m’entraînent dans un monde parallèle. Comme si les êtres disparus n’abandonnaient pas leurs proches et continuaient à les aider.
Saint Augustin et Victor Hugo auraient-ils raison : les morts seraient-ils « des invisibles, mais pas des absents » ?

Coccinelle

Coccinelle

05/05/2020

Mon avis

Coccinelle demoiselle Bête à Bon Dieu Coccinelle, demoiselle Vole jusqu’aux cieux Petit point blanc Elle attend Petit point rouge Elle bouge Petit point noir Coccinelle au revoir Un, deux, trois, voici venir une petite coccinelle. Il fait jour dans la nuit. Quatre, cinq, six, une autre petite coccinelle revient. Il fait froid, c’est l’hiver, mais petite coccinelle est là.

Furtiva lagrima

Céline Guarneri

28/01/2020; La Trace; 263 pages

4è de couverture

Quelle est cette larme furtive qui coule depuis des années dans le cœur de chacun des membres de la famille Maurand ? Lorsqu’Hadrien apprend que son père, Louis, critique d’art renommé, est plongé dans le coma, il décide de se confronter à son destin balafré. Il part à Lyon retrouver sa famille qu’il a fuie depuis 10 ans.
Mais pourquoi Louis Maurand a-t-il adressé la veille de son accident un courrier à sa femme et a chacun de ses enfants ? Avait-il compris que « la vérité a peu d’amis » ? Qui est cette femme sans ombre, réfugiée sur une île dans la baie de Naples et qui fredonne inlassablement le même opéra ?
Autant de questions qui conduiront les personnages de ce roman poétique à trinquer tous ensemble à leurs ombres et aux humains qui s’y réfugient.

WhatsApp Image 2023-07-04 à 11.08.52

Furtiva lagrima

08/09/2020

Mon avis
À l’image de sa sublime couverture, ce roman est un diamant brut d’où ruissellent des perles de larmes. Furtives car le chagrin est éphémère, puissantes car du chagrin peut naître un chef d’oeuvre quand il s’enracine dans vos veines.

Tu m’as laissée en vie

Camille Beaurain et Antoine Jeandrey

12/09/2019; Le Cherche-Midi; 128 pages

4è de couverture

 

Camille rencontre Augustin, son tout premier amour, à 15 ans. Elle qui n’est pas issue du milieu agricole s’installe avec lui à la ferme, où il élève des porcs. Trois ans plus tard, ils se marient. Mais la vie au sein de l’exploitation familiale s’avère tout sauf paisible. Pris entre le travail aux champs, les soins quotidiens apportés aux bêtes, les imprévus sanitaires ou mécaniques, un contexte économique difficile, le couple est étranglé. Très vite, il croule sous les dettes. Après une première tentative, Augustin, âgé de 31 ans, se donne la mort. La fin abrupte d’un quotidien qui devenait insupportable. Comment cet agriculteur, passionné, investi et aimant, a-t-il pu en arriver là ? Y a-t-il des coupables qui l’ont poussé au suicide ? Camille, veuve à 24 ans, témoigne ici avec sincérité de cette misère qui s’est emparée des campagnes au point d’en tuer ses fils.

Tu-m-as-laiee-en-vie

Tu m’as laissée en vie

06/12/2021

Mon avis

 

« Tu m’as laissée en vie pour que je témoigne. Tu m’as laissée en vie pour qu’à travers ma voix le pays entier entende la détresse qui secoue le monde paysan. »

Olivier

Jérôme Garcin

30/08/2012; Folio, 176 pages

4è de couverture

 

A la veille de ses six ans, Olivier fut fauché par une voiture. Il ne survécut pas à l’accident. II était le frère jumeau de Jérôme Garcin. Olivier a grandi en lui, en même temps que lui. Une présence fantomatique qui lui a donné très tôt le goût du repli, et un étrange rapport à l’existence. Dans ce récit, Jérôme Garcin remonte le fil de ses souvenirs, met en regard les grands textes littéraires ainsi que les écrits scientifiques consacrés à la gémellité. et retrouve à chaque fois un peu de ce frère perdu. Un jeu de miroir et de mémoire pour tenter de dire ce drame qui a déterminé sa vie. Olivier prolonge La chute de cheval et Théâtre intime, deux récits antobiographiques parus aux Editions Gallimard.

Olivier

Olivier

03/03/2020

Mon avis


« Je suis né le 4 octobre 1956, à minuit pile. Toi, juste après. Tu m’as laissé la priorité. Je devais être pressé de sortir, en éclaireur. Mais tu as été le premier à partir, en reconnaissance. »

La délicatesse

David Foenkinos

04/01/2018; Folio; 224 pages

4è de couverture

Nathalie et François sont heureux, ils s’aiment et semblent avoir la vie devant eux…
Mais, un jour, la belle mécanique s’enraye. François décède brutalement.
Veuve éplorée, le cœur de Nathalie devient une forteresse où même les plus grands séducteurs vont se heurter.
Sauf un : Markus, un collègue terne et maladroit, sans séduction apparente. Sur un malentendu, il obtient de la belle un baiser volé. Pour cet outsider de l’amour, c’est un signe du destin : il se lance à sa conquête… tout en délicatesse.

La-delicatee

La délicatesse

31/08/2019

Mon avis

À vif… ivre de cette délicatesse qu’empruntent Markus et Nathalie dans cette histoire à fleur de peau. C’est beau. C’est incommensurablement doux, chaud, bienveillant. Ce livre est une caresse, un murmure merveilleux à chaque page… Je me sens bien. Heureuse d’avoir lu cette délicatesse…

La mélancolie du kangourou

Laure Manel

03/05/2018, Michel Lafon; 352 pages

4è de couverture

 

Alors qu’il s’apprête à vivre le plus beau moment de sa vie avec la naissance de sa fille, Antoine est confronté au plus horrible des drames : la mort de sa femme durant l’accouchement. Anéanti par la perte de celle qu’il aimait plus que tout, Antoine a du mal à créer du lien avec son bébé jusqu’à ce qu’il embauche Rose, une pétillante jeune femme à l’irrésistible joie de vivre, pour s’occuper du nourrisson.
Parviendra-t-elle à aider Antoine à se révéler comme père et à se reconstruire ?
IL N’EST JAMAIS TROP TARD
POUR (RÉ)APPRENDRE A AIMER

La-melancolie-du-kangourou

La mélancolie du kangourou

13/10/2018

Mon avis


Comme j’ai aimé ce roman !
Comme j’ai aimé ce kangourou de père impuissant.
Comme j’ai aimé cette mélancolie de l’amour enfoui.
Comme j’ai aimé Rose, cette fée au grand coeur et cette petite Lou, petit bébé innocent.

Rompre

Yann Moix

2/01/2019; Grasset; 128 pages

4è de couverture

Avec ce roman, Yann Moix revient à son thème de prédilection : l’amour (et ses dépendances : la jalousie, la haine, la rivalité, la séduction, l’addiction, etc…)
Et son livre prend la forme d’un dialogue imaginaire (à la manière du Neveu de Rameau de Diderot, ou de L’idée fixe de Paul Valéry) où Yann Moix bavarde, à la terrasse d’un café, avec un ami qui tente de le consoler à la suite de sa dernière déconvenue amoureuse…

Rompre

Rompre

21/12/2018

Mon avis


Quand l’amour fait mal parce qu’il sonne la fin et la faim de l’autre, voici un roman sous forme de questions-réponses entre un psy et un homme en deuil.

Le jour où la Durance

Marion Muller-Colard

4/10/2018; Gallimard; 192 pages

4è de couverture

«Tout le monde n’a pas le don des larmes». Bastien est mort dimanche et Sylvia, sa mère, aimerait croire que cela ne change pas grand-chose. Car Bastien, lourdement handicapé, n’a jamais pu parler ni adresser un regard à quiconque. Alors que passent les premiers jours sans lui, une pluie diluvienne gonfle les eaux de la Durance voisine. Chez Sylvia aussi, la part sauvage menace de déborder à mesure que les souvenirs familiaux affluent.
À travers un récit bouleversant, Marion Muller-Colard questionne le sens de l’amour filial, emportant son lecteur vers des rives inattendues.

Le-jour-ou-la-Durance

Le jour où la Durance

17/05/2019

Mon avis


La Durance dans son lit bleu gonfle, ballonne son ventre poisseux, elle monte et monte, ne se cache pas, ne ment pas, ne triche pas, elle s’en va inonder rues et coeurs secs. Une mère crie, hurle, pleure dans l’orage du ciel, son enfant est mort.

La douleur porte un costume de plumes

Max Porter

16/02/2017; Points; 144 pages

4è de couverture

 

Une mère meurt. Elle laisse derrière elle deux petits garçons et leur père terrassés par le chagrin. Un soir, on frappe à la porte de leur appartement londonien. Surgit alors un étrange personnage : un corbeau, doué non seulement de parole mais d’une verve enfiévrée, d’un aplomb surprenant et d’un sens de l’humour ravageur. Qu’il soit chimère ou bien réel, cet oiseau de malheur s’est donné une mission auprès des trois âmes en péril. Il sera leur confident, baby-sitter, analyste, compagnon de jeu et d’écriture, l’ange gardien et le pitre de service — et il les accompagnera jusqu’à ce que la blessure de la perte, à défaut de se refermer, guérisse assez pour que la soif de vivre reprenne le dessus.

 

La-douleur-porte-un-costume-de-plumes

La douleur porte un costume de plumes

21/07/2018

Mon avis


Comment faire face à la perte d’un être cher, comment apprivoiser le deuil, comment un corbeau peut t’il déployer ses ailes pour que la douleur s’envole à son tour…
Un très joli premier roman que nous offre Max Porter empreint de mots aussi doux que fracassants.

La veillée

Virginie Carton

2/03/2016; Stock; 224 pages

4è de couverture

 

« C’était si étrange, si inattendu, de se retrouver soudain tous les deux seuls après des années d’éloignement, sans conjoints, sans enfants. Juste une maison vide et un mort à veiller. »
La mort d’un père qui n’a pas livré tous ses secrets.
Deux amis d’enfance pour le veiller.
Marie et Sébastien ont une nuit pour découvrir la vérité.
Et peut-être, enfin, se la dire. Entre rires et larmes, un roman plein de tendresse et d’aveux
Un roman d’amitié.

La-veillee

La veillée

21/08/2022

Mon avis


Virginie Carton, une auteure que je ne connaissais pas. Voilà mon premier livre lu d’elle et ce fut une bien belle surprise.

Elle danse dans le noir

René Frégni

octobre 2001; Folio, 144 pages

4è de couverture

 

Sa femme lui a dit un soir : « Je n’ai plus de désir pour toi ». Le lendemain elle partait avec leur petite fille de six ans, Marilou. Le choc, terrible, le projette quatre ans en arrière, lors de la disparition de sa mère. Passé et présent se télescopent.
Dans la touffeur de l’été, René Frégni ne dort plus, son cœur bat trop fort, écrase tout. C’est un homme foudroyé qui se débat, qui s’accroche aux morts pour ne pas se pendre.
Un hymne d’amour à toutes les amoureuses.
Prix Paul Léautaud 1998

Elle-danse-dans-le-noir

Elle danse dans le noir

11/02/2019

 Mon avis


Quand la maladie s’abat sur la mère de René Frégni, les oiseaux se mettent à chanter de plus belle, les enfants naissent, les arbres protègent, le soleil sourit et c’est là qu’elle peut alors danser dans le noir…

Mon acrobate

Cécile Pivot

Editions Calman-Lévy; 17/08/2022; 304 pages

4è de couverture

 

Ce matin, Izia regarde son mari quitter l’appartement où ils ont élevé leur fille Zoé, renversée par un chauffard quelques mois auparavant. Izia n’a pas un geste pour le retenir. Elle est soulagée d’être seule avec son chagrin, libre de s’enfermer dans la chambre intacte de Zoé.
Mais au fil des jours, la faim, le besoin de marcher, de sentir le soleil sur sa peau, reviennent. Izia comprend qu’elle doit vivre cet « après » et trouver une activité où nul ne sait rien de sa perte. Elle a l’idée de proposer ses services à des gens souhaitant débarrasser le domicile d’un proche disparu.
Ainsi Izia devient-elle une drôle de déménageuse. Pour l’aider, elle embauche Samuel, un jeune homme au franc-parler déconcertant et aux fragilités touchantes.
Cette rencontre, et toutes celles suscitées par son travail incongru, sont les premiers fils bien fragiles qui ramèneront peu à peu cette femme perdue vers la vie.

 

Mon-acrobate

Mon acrobate

29/08/2022

Mon avis


C’est bien la première fois qu’une quatrième de couverture me trompe à ce point.  » Mais au fil des jours, la faim, le besoin de marcher, de sentir le soleil sur sa peau reviennent… Ainsi Izïa devient-elle une drôle de déménageuse…  » J’imaginais un roman léger et lumineux et il n’en est rien.

Manifesto

Léonor De Récondo

10/01/2019; Sabine Wespieser; 192 pages

4è de couverture

Pendant la nuit du 24 au 25 mars 2015, Félix de Récondo a cheminé vers la mort. Trois ans plus tard, sa fille Léonor transforme le huis clos de la chambre d’hôpital en un vibrant manifeste, manifesto, témoignant de la liberté et de la force de création que ce père artiste garda inlassablement intactes.
Deux narrations s’entrelacent, qui signent le portrait d’un homme dont la jeunesse fut marquée par la guerre civile espagnole et l’exil : celle de Léonor, envahie par les souvenirs et les émotions de la longue veille aux côtés de sa mère, Cécile ; et celle de Félix, dont l’esprit s’est échappé vers les contrées du passé.

Manifesto

Manifesto

20/02/2019

Mon avis


Léonor de Recondo signe un récit admirable sur la dernière nuit de son père en soins palliatifs.

Envolée

Hélène Machelon

Editions Mame; 8/10/2021; 128 pages

4è de couverture

 

Un récit choral bouleversant autour de la mort d’une petite fille. À travers un texte profond et authentique, le lecteur entrevoit les sentiments de tous ceux qui entourent les enfants en fin de vie à l’hôpital.

envolée

Envolée / Trois petits tours

07/07/2019

Mon avis


« Saviez-vous que les petites filles naissent pour faire tourner leur jupon de princesse jusqu’à s’étourdir, pour massacrer les bâtons de rouge à lèvres en se tordant les chevilles sur les escarpins de leur mère, pour sauter sur les lits et s’admirer dans le grand miroir de l’entrée en récitant des poèmes ?

Reste

Adeline Dieudonné

Editions l’Iconoclaste; 6/04/2023; 282 pages

4è de couverture

Je ne suis pas certaine d’avoir pleinement saisi ce qui m’est arrivé, ni ce qui m’a conduite à agir comme je l’ai fait. Certains matins, tout me semble limpide. À d’autres moments, je me vois comme un monstre, une créature que je ne reconnais pas, qui m’aurait possédée dans un instant de vulnérabilité. Mais je crois que cette image vient du regard des autres.
J’ai fait ce que je pouvais.
Il n’y a pas de morale à cette histoire. Tout ce que je sais, c’est que je vous dois les faits. Je vais donc m’attacher à les relater pour vous, et sans doute aussi pour moi, avec toute la précision dont je suis capable. Ils m’emmèneront sur des territoires obscurs, dans les marécages de ma conscience et, pour quelques secondes encore, contre la peau de M. « 

Reste Adeline Dieudonné Edition L'Iconoclaste

Reste

20/05/2023

Mon avis


Dans un chalet au bord d’un lac, la narratrice et son amant (M) se retrouvent en secret, l’amant subit une crise cardiaque et laisse sa maitresse au bord de l’effroi.

Et le jour pour eux sera comme la nuit

Ariane Bois

Editions J’ai lu; 2009; 123 pages

4è de couverture

« Denis d’Aubigné est bien mort, ce 23 janvier à huit heures du matin, dans la cour d’un immeuble bourgeois d’une rue paisible du XVè arrondissement de Paris. Vingt ans, sept étages. »

Pourquoi un jeune homme, qui – pense-t-on – a tout pour lui, met-il brutalement fin à ses jours ? Un père, une mère, une grande sœur et un petit frère cherchent à répondre à cette question déchirante: comment vivre sans Denis ? On ne sait rien de la mort, sauf qu’elle change des vies.

WhatsApp Image 2023-06-29 à 18.03.13

Et le jour sera pour eux comme la nuit

29/06/2023

Mon avis


Il y a des moments dans une vie où rien ne va plus, où le malheur se joue de nous sans crier gare. Ça amène un mal être, un mal de vivre qui balaye tout sur son passage. À quinze, à vingt ou à quarante ans, la souffrance est parfois telle qu’on veut lui tordre le cou à coup de cachets ou s’envoler pour finir mort écrasé sur le sol. Comme le fils de Et le jour sera pour eux comme la nuit, Denis, vingt ans.

Puisque rien ne dure

Laurence Tardieu

Editions Stock; 2006; 132 pages

4è de couverture

Vincent roule à vive allure sur l’autoroute. Il va à la rencontre de celle qu’il a aimée, Geneviève, qui se meurt. Sur la route, Vincent repense au passé. À ce qui, quinze ans auparavant, a détruit leur couple. A ce qui les unit au-delà de la mort. Il repense à Clara, leur enfant disparu, à son corps jamais retrouvé, à la douleur jamais éteinte qui a consumé leur amour. Face au drame, Geneviève a choisi la solitude, consignant sa souffrance dans des carnets, comme si l’écriture la maintenait en vie, tandis que Vincent a tenté d’oublier. De prendre la fuite. Mais tous deux partagent pour la vie un malheur inhumain. Lorsque Vincent rejoint Geneviève, c’est une femme rongée de peine et de tristesse, mais aussi une femme qui s’apaise et veut affronter le passé. Dans les derniers gestes, dans les ultimes paroles qui accompagnent la mort, Geneviève et Vincent se retrouvent, et Clara, leur petite fille, revit, au fil des souvenirs. Le temps est venu pour Vincent de se réconcilier avec la vie. Dans un souffle brûlant et avec une bouleversante retenue, Puisque rien ne dure dit la douleur de perdre un enfant. En laissant la parole au père et à la mère, Laurence Tardieu fait entendre la souffrance qui emmure, incompréhensible pour les autres, l’irrémédiable cassure du couple, la façon dont chacun supporte le malheur. Dans ce texte poignant, la vie et la mort sont indissociables, comme l’ombre et la lumière.

Puisque-rien-ne-dure

Puisque rien ne dure

11/11/2018

Mon avis


Comment survivre après la disparition de son enfant ? Comment continuer à vivre ?

Je voudrais que la nuit me prenne

Isabelle Desesquelles

Editions Pocket; 2019; 205 pages

4è de couverture

Loin du bruit du monde, Clémence grandit auprès de parents rivalisant de fantaisie. Mais elle n’a pas la voix d’une petite fille et ses mots sont ceux d’un mystère cruel. Que s’est-il passé pour que l’innocence se borde ainsi de noir ?
Plongée vertigineuse et poétique dans l’univers de l’enfance, Je voudrais que la nuit me prenne raconte le danger du bonheur. Entre troubles et éclairs de joie, ce roman explore le lien fragile et inaltérable qui nous unit à nos plus proches. Et la redoutable force du souvenir.

Je-voudrais-que-la-nuit-me-prenne

Je voudrais que la nuit me prenne

09/12/2018

Mon avis


Magnifique roman que signe ici Isabelle Desesquelles ! C’est beau, tellement beau… C’est beau parce que c’est l’histoire d’une enfance qui semble figée dans sa huitième année, une enfance où l’absence se conjugue avec l’amour.

 Ceux qui s’aiment se laissent partir

Lisa balavoine

Editions: Gallimard ;2022; 160 p.

4è de couvertue

Est-ce qu’on peut éviter les peines, la mélancolie, ce qui se répète, tous ces chagrins qu’on se trimballe et qu’ensuite on se transmet, est-ce qu’on peut les remiser, sous des pulls trop grands, dans les bras d’un amour de passage ou dans les mots qu’on écrit, est-ce qu’on peut seulement faire comme si cela n’existait pas ? »Dans ce roman intime et fragmentaire, Lisa Balavoine raconte sa mère, cette femme insaisissable avec qui elle a grandi en huis clos. Une femme séparée, qui rêve d’amour fou, écoute en boucle des chansons tristes et déménage sans cesse, entraînant sa fille dans une vie tourmentée. Entre fascination et angoisse, l’enfant se débat auprès de cette figure parentale attachante, instable, qui s’abîme dans le chagrin, laissant ceux qui l’aiment impuissants. En choisissant de s’éloigner, la fille devenue mère ne cessera d’être rattrapée par les fantômes de son passé. Jusqu’à quand ?Histoire d’un amour filial empêché, Ceux qui s’aiment se laissent partir est un récit à fleur de peau sur le poids de l’héritage, mais aussi un livre de réconciliation où l’autrice adresse à sa mère les mots lumineux que celle-ci n’a jamais pu entendre de son vivant.

Ceux-qui-s-aiment-se-laient-partir

Ceux qui s’aiment se laissent partir

02/08/2022

Mon avis


Quelques heures suffisent pour lire ce récit, l’histoire de l’auteure émaillée entre souvenirs avec sa mère et ses quarante ans en tant que mère.

Commentaires

0 commentaire

Recevez toute l’actualité en exclusivité en vous inscrivant à la newsletter